#MBG SUR INSTAGRAM

#monbonheurgourmand

Oenotourisme et spiritourisme

Ma première dégustation de vin

19 mai 2016

Dans ma to do List des choses à faire dans ma vie, je peux désormais cocher dégustation de vins ! Ca y est, j’ai fait ma première dégustation de vins, à cusin’ les ateliers. J’ai beaucoup apprécié cet atelier réalisé par Mariano de Vino Evasion. J’ai également apprécié de goûter des vins autres que ceux de Bordeaux, pour ma première dégustation. Depuis cette expérience œnologique, je ne déguste plus le vin de la même façon. Nous avons dégusté 5 vins : 2 rouges 3 blancs dont un pétillant.

degustation-de-vin

Dégustation : mode d’emploi

La dégustation est un éveil des sens. Elle fait appel à la vue, à l’odorat et au goût. Je dois avouer que cela surprend au premier abord de voir ce crachoir trôner sur la table. La chaleur de l’alcool en bouche altère le goût, il est donc conseillé de cracher le vin lors d’une dégustation. Avant de commencer la dégustation, il est indispensable de se placer près d’un fond blanc afin de mieux distinguer les teintes. C’est alors enthousiaste que je prends mon verre de Torontes à la main, je m’apprête à la porter à mes lèvres, quand je remarque que tous les autres participants regardent attentivement leur verre, attendant un signal du caviste ! Ah oui, il y a des règles, m’aperçois-je ! Le vin se déguste d’abord avec les yeux ! ouppps !!

1-La dégustation visuelle

Dans un premier temps, le vin passe par une appréciation visuelle. On cherche à décrire la robe du vin. Sa brillance, sa couleur, sa viscosité et sa mobilité sont des éléments qui permettent de la définir. La brillance donne des informations sur l’acidité du vin. La mobilité quant à elle, consiste à voir si le vin est tranquille ou pétillant. La couleur ou la robe en œnologie, est une indication sur l’âge du vin. Par exemple pour un vin blanc, plus la robe est pâle plus le vin est jeune. La viscosité ou la larme du vin donne une indication sur sa teneur en alcool.  J’ai fait tournoyer mon verre afin de créer un disque. C’est ainsi qu’on reconnait un vin fort en alcool, si la larme est lourde. Les vins plus secs quant à eux forment des larmes fluides.

2- La dégustation olfactive (mon moment préféré) 

Humer les arômes du vin, c’est juste magique ! J’ai fermé les yeux pour imaginer ce que révèle le vin. C’est ce que l’on appelle le premier nez.  L’odeur peut-être fruitée, florale, minérale, boisée, épicée, forte, légère… Saviez-vous qu’on peut trouver plus de 700 notes olfactives différentes ? Je suis fascinée par cette étape.  Ensuite, j’ai fait tournoyer mon verre pour deviner s’il y avait un arôme qui prenait le dessus. C’est le second nez.

3- L’analyse gustative

C’est  la dernière étape de la dégustation, l’étape de la rétro-olfaction. Il s’agit de mettre des mots sur le vin dégusté. Tout d’abord, j’ai pris une petite quantité de vin que j’ai promené dans ma bouche. J’ai tenté de décrire sa texture, c’est l’attaque. L’attaque est-elle franche, courte ou agressive. Le vin est pêchu ou structuré s’il le goût est franc. Il est rond quand on ne salive pas.

J’ai promené une seconde fois le vin dans ma bouche puis je l’ai avalé doucement. Le caviste nous a dit d’essayer de capter les saveurs, sucrées, salées, acides, alcoolisées… Cette étape c’est la palette. Une fois avalé, on voit si les arômes décelés lors de la dégustation olfactive sont effectivement présents en bouche. Puis arrivent ceux de la dégustation. C’est l’étape de la caudalie. Dans un vin, il y a des arômes primaires qui proviennent du vin. Puis des arômes secondaires qui ont nés de la fermentation. On parle de persistance aromatique pour parler de l’arrière goût. Le vin peu être astringent ou trop tonique, quand il râpe le palais. Cela peut dénoter qu’il est trop vieux.

Les vins dégustés

1-Un Torontès, vin argenté  accompagné de seiche, pâte de curry, gingembre, citron et d’une brunoise de navet boules.

2-Un Saumur Chamipgny accompagné  de pastillas de poulet aux 4 épices

3- Un Circus accompagné de magret de canard curry, cumin, curcuma, celui que j’ai le moins apprécié pour son tanin trop présent à mon goût.

4- Un Coteaux du layon avec un plateau de fromage. Un vin moelleux, le raisin est en sur maturation, il est attaqué par la pourriture noble. Le champignon va attaquer la peau et boire l’eau. 8 et 10°/ il excelle à l’apéro. J’ai surkiffé ce vin ! 

5- Un vin pétillant avec des financiers à la noix de coco et une mousse à la framboise. Un vin pétillant, il est vinifié comme un vin blanc puis va subir une seconde fermentation qui va former des bulles

A retenir sur le vin

Plus le vin est jeune, plus il faut le carafer. Le carafer c’est augmenter la surface d’aération.

Un vin trop frais peut révéler l’amertume qu’il contient.

On peut réaliser des accords de contrastes originaux avec le vin. En général, les tanins n’aiment le sang et pas le lait.

Un vin se conserve couché afin que le bouchon reste humide.

première dégusation de vin

première dégusation de vin

première dégusation de vin
première dégusation de vin

Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestmail

Facebooktwittergoogle_pluspinterestrssinstagramFacebooktwittergoogle_pluspinterestrssinstagram

    Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Instagram

    Suivez moi!