Conseils

5 conseils pour réussir votre repas de Pâques

Traditionnellement, la période pascale est propice à l’agneau, l’asperge et le chocolat. A la Martinique et à la Guadeloupe, la tradition de Pâques ce sont les crabes. La recette du matoutou créole de ma grand-mère, était un délice. On trouve également de l’agneau sur les tables. Mais comment choisir votre agneau ? Comment le cuisiner ? Quels accompagnements proposer ? Quelles idées de recettes ? Je vais tenter de vous éclairer.

Tout d’abord, choisir votre agneau

J’aurais tendance à vous préconiser les labels car ils sont témoins d’une viande de qualité. En effet, selon la région d’élevage, saviez-vous que l’agneau révèle des goûts différents. Veillez à regarder vos emballages. C’est l’agneau de lait que l’on mange le plus souvent à Pâques. Cette viande est tendre et savoureuse.

Comment le cuisiner ?

J’ai une bonne nouvelle :). En fonction de la partie de l’agneau choisie, vous avez plusieurs possibilités :

  • Le collier d’agneau est à braiser. C’est le cou de l’agneau. C’est une partie est charnue. C’est cette dernière que l’on retrouve dans le couscous ou dans les soupes. Miam !
  • Les côtes peuvent être poêlées, cuites au four, grillées. Je les adore.
  • Le carré, ce sont les côtes assemblées. Pour une présentation c’est chouette. Il est parfait rôti au four
  • L’épigramme, c’est le haut des côtes. Il est souvent mijoté avec la poitrine et collier.
  • L’épaule, c’est une partie bien connue de l’agneau. Plus abordable que le gigot. Je la cuisine mijotée pour mon colombo après l’avoir désossée.
  • La poitrine, contient autant de cartilages de que le collier. C’est un morceau qui supporte bien les types de cuisson que vous désirez : grillé, mijoté ou rôti.
  • Le filet c’est la partie que je vais cuisiner cette année. Appelé également « selle anglaise agneau ». On y trouve des morceaux tendres, les noix et les morceaux fermes les bavettes. Je vais faire des cubes pour les rôtir et les griller.
  • La selle d’agneau est parfaite quand elle est rôtie. Si vous optez pour une cuisson grillée, c’est aussi délicieux !
  • Le gigot d’agneau est à LA partie la plus consommée de l’agneau. Il est souvent rôti. Aux Antilles, on le cuit parfois à la broche rôti sur les braises d’un feu de bois

 

5 conseils pour réussir mon repas de Pâques

Pour réussir votre repas de Pâques miser sur l’originalité et la tradition. De l’entrée au dessert appliquez ce conseil avec parcimonie et vos convives vont se régaler.

  • 1-Ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier

Une entrée à base d’œufs vous offre plusieurs possibilités. C’est l’occasion de sortir vos belles verrines en céramique pour servir des œufs cocottes accompagnés de parmesan de ciboulette et de toasts de pain aux graines. Gardez les coquilles d’œufs dans lesquelles vous allez cuire vos œufs.

Vous pouvez également faire des œufs mollets accompagnés d’un guacamole relevé au paprika. Puis, les accompagner de toasts légèrement frottés à l’ail.

  • 2- Des asperges pour la touche printanière

Vous êtes plutôt asperges blanches ou vertes ? Une salade d’asperges accompagnée d’une vinaigrette aux clémentines.

Si vous préférez un houmous d’asperges au curry avec votre agneau, utilisez l’ail des ours pour votre sauce. Rôtir les asperges donnera un goût fumé à votre houmous.

Pour une association caribéenne, des patates douces poêlées au sésame se marient bien avec l’agneau.

L’autre idée est d’utiliser l’asperge cuite en pesto pour accompagner des fèves, que l’on retrouve à cette période. Agrémentez de muscade vous créerez la surprise !

  • 3- Gigot ou pas gigot

Vous avez le choix avec la pièce d’agneau que vous souhaitez cuisiner. Pour les idées suggérées ci-avant, un gigot d’agneau rôti, thym citronné et miel saura réveiller les papilles. Pour le réussir, faites cuire votre gigot en l’arrosant régulièrement. Environ toutes les 20 minutes. Dans votre assaisonnement le thym et le romarin sont des herbes aromatiques qui lui donnent du goût. N’oubliez pas l’ail. Ma grand-mère incisait le gigot à plusieurs endroits pour y glisser de l’ail écrasé préalablement mariné dans du vin rouge, du thym, du miel et des épices douces. Des pickels d’oignons apportent du peps, si vous le souhaitez, rajouter-en 10 minutes avant la fin de cuisson afin qu’ils s’imprègnent juste le jus de viande.

  • 4- La note sucrée c’est sacré : chocolat, de la crème, de la légèreté

Pâques est une nouvelle invitation pour déguster du chocolat. Il vous en faut sur votre table, du moins au moment du café ou du thé. Pour cette fin de repas, choisissez un dessert léger, cette année, je ferai un crémeux au citron et des éclats de sablé de fruits de saison. Une charlotte est une bonne conclusion pour ce repas, pensez au mascarpone pour alléger votre mousse.

  • 5- Confiez le vin à votre caviste pour les accords de contrastes étonnants

Pour le vin et les bulles, nous avons confié les accords à notre caviste. Nous avons choisi un cocktail à base de cognac pour l’apéritif, un vin rouge argentin pour accompagner le gigot, un crémant rosé pour le dessert. Un plateau de fromages a été concocté par le fromager. Nous le découvrirons le jour même.

Vous voici prêts à réussir votre repas de pâques !

Vous avez des astuces à partager ? Faites-nous en part en commentaires

Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestmail

Facebooktwittergoogle_pluspinterestrssinstagramFacebooktwittergoogle_pluspinterestrssinstagram

Abonnez-vous à la miamlettre

Ne manquez plus les actus
gourmandes épicées !

Rejoignez 1 952 autres abonnés

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply